Le choix d’un véhicule électrique ou la règle des 95%

Comme beaucoup, quand nous devions changer de voiture, nous avions tendance à choisir un modèle en réfléchissant à 5% de nos besoins.

« Un très grand coffre, c’est bien pratique pour partir en vacances, pour mettre la cage du chien, pour mettre les vélos,… »

En réalité:

  • le très grand coffre est vide 95% du temps et les objets qu’on y dépose s'y balladent sans retenue. (Parce que bien sûr les filets de séparation fournis sont restés dans le garage…)
  • pour les vacances, le coffre ne sera jamais assez grand! Plus on a de place, plus on charge et on arrive quand même à trouver le coffre trop petit.

 

« Avoir 7 places, ce serait tellement pratique pour embarquer plus de copains ».

En réalité:

  • nous avons utilisé les 7 places +/- 1 fois par an durant les 4 ans où nous avions notre monospace. (Opel Zafira Tourer)

Cette fois-ci, pour le choix de notre nouvelle voiture, nous avions 3 priorités:

  1. Diminuer le budget « bagnole » que nous jugeons excessif comparé à d’autres postes de notre budget familial ;
  2. Répondre à nos besoins réels, nos besoins pour 95% du temps;
  3. Diminuer l’usage global de notre voiture familiale ç-à-d: marcher plus, utiliser nos vélos et les transports en commun plus régulièrement.

 

Nos besoins réels pour 95% du temps où nous utiliserons cette nouvelle voiture:

  • 5 places: pouvoir accueillir un ou deux copains pour le co-voiturage organisé pour les activités des enfants.
  • 1 coffre raisonnable (+-350 l)
  • Une voiture sûre (5 étoiles crash test idéalement)
  • Une voiture fiable, économique au niveau des entretiens et du carburant.
  • Une voiture la plus adaptée aux trajets que nous réalisons, ç-à-d, de petits trajets, en milieu « urbain / péri-urbain ». En gros, 95% du temps, notre voiture reste dans un périmètre de 40 km autour d’Arlon. (Arlon - Luxembourg - Differdange - Redange - Habay - …)
  • Une voiture adaptée pour faire +- 12.500 Km par an.
  • Une voiture pas trop polluante, ce qui exclue d’office les moteurs diesel que nous avions déjà banni avec notre voiture précédente. (Lire par exemple: « La pollution de l'air tue 48.000 personnes chaque année en France » ou « Pollution : la mère est exposée aux particules fines, le fœtus aussi » )

 

Le choix de notre nouvelle voiture:

Mon mari étant déjà adepte des véhicules électriques (Il roule en Twizy depuis 4 ans), nous avons vite conclu que ce type de véhicule répondait à 95% de nos besoins.

Seul le prix pouvait être un frein. (En Wallonie, il n’y a aucun incitant/aide pour les voitures électriques)

Au niveau des modèles, il n’y a pas un choix énorme. Nous avons regardé la Renault Zoé et la Nissan Leaf. Cette dernière nous plaisait plus mais son prix neuf dépassait la limite que nous nous étions fixée. Nous avons regardé du côté des occasions récentes et nous avons trouvé une Nissan Leaf toutes options quasi neuve (1800 km…) à un prix intéressant et nous avons craqué. Il sagit d’une version avec une batterie de 24 kW/h, il existe également une version 30 kW/h.

Pourquoi un véhicule électrique répond à 95% de nos besoins:

  • Pour des petits trajets, les moteurs thermiques ont à peine le temps de monter en température avant d’arriver à destination. Ce problème n’existe pas avec les moteurs électriques.
  • La Leaf est aussi sûre que d’autres voitures: 5 étoiles au crash-test Euro NCAP.
  • La Leaf possède 5 places. (La BMW i3 n’accueille par exemple que 4 personnes ce qui explique peut-être son manque de succès)
  • Le coffre de 330 à 680 litres est suffisant.
  • Les entretiens sur un véhicule électrique se résument à contrôler/changer les plaquettes de freins et les pneus et mettre du « lave glace ». (Un contrôle général du véhicule par un garagiste est bien entendu préconisé une fois par an.)
  • Localement, les véhicules électriques n’émettent pas de pollution. Pour des trajets en milieu « urbain / péri-urbain » c’est donc idéal. Bien entendu, si l’électricité est fabriquée par une centrale à charbon, ça ne résout rien mais ce n’est pas le cas en Belgique. Nous sommes coopérateurs de Vents Du Sud, une coopérative citoyenne d’Arlon qui possède une éolienne. Nous avons choisi Cociter comme fournisseur d’électricité verte et citoyenne. Par ailleurs, nous avons prévu de faire installer dans les 5 ans qui viennent des panneaux photovoltaïques sur notre toiture. Ça ne supprimera pas les centrales nucléaires belges mais ce sera notre « pierre à l’édifice ».

Et l’autonomie, tu as pensé à l’autonomie ???

La question de l’autonomie est un point qui semble stresser pas mal de gens.

La Leaf a +/- 120 km d’autonomie réelle ç-à-d en roulant normalement et en utilisant la clim ou le chauffage. Elle peut faire plus en roulant doucement et en coupant le chauffage ou la climatisation. A noter qu’on peut également programmer la mise en route du chauffage ou de la clim quand la Leaf est branchée sur le courant. Par exemple, si je sais que je vais l’utiliser à 8h00, je peux demander à ce que l’habitacle soit à 20°C à ce moment là, ce qui permet de ne pas puiser d’énergie de la batterie pour chauffer ou refroidir l’habitacle.

Ces 120 km d’autonomie sont largement suffisants pour 95% de nos besoins.

Par ailleurs, on voit de plus en plus de bornes de recharge dans les parkings.

Et l’agrément de conduite?

Un mot pour définir l’agrément de conduite d’un véhicule électrique: ZEN!

Le plus surprenant dans la Leaf c’est le silence ( à basse vitesse, un système de sonorisation extérieure averti les piétons de notre arrivée).

Comme il n’y a pas de boîte de vitesse, pas de stress, impossible de caler. La progression est hyper linéaire. En cas de besoin, les reprises sont impressionnantes.

Bref, on est zen, on reste zen.

Que faire pour les 5% de nos besoins restant?

Par rapport à notre véhicule précédent, nous réalisons une économie de +/- 1200€ sur le prix de l’assurance et sur les taxes de mise en circulation et de circulation. Ceci permet de louer une petite voiture à essence +/- 15X par an. Nous avons une agence Europcar à 2 km de chez nous, on peut y louer par exemple une SMART FORFOUR 24h00 pour +/- 75€. Si on a besoin de « plus gros » on peut avoir une SKODA OCTAVIA break ou une MERCEDES CLASS B durant 24h00 pour +/- 150€.

En réalité, nous aurons probablement besoin d’une autre voiture maximum 8x par an.

Il existe également à Arlon un système d’autopartage: Cambio, je dois encore voir si ce système pourrait nous être utile mais il semble plus destiné à ceux qui n’ont pas de voiture et en ont besoin pour un court laps de temps et pour peu de kilomètres. Ce sera peut-être la prochaine étape de notre « évolution » en mobilité: ne plus être propriétaire de notre voiture mais en réserver une autonome et électrique au besoin (« car as a service »). Un article très intéressant sur ce sujet: « Comment sera la voiture du XXIe siècle ? ».