Lecture, quel est le meilleur support ? Papier ou ebook ?

Étant adepte de romans policiers, je suis comblée avec les derniers livres sortis ces derniers mois. Dans mes auteurs préférés il y a Fred Vargas, Franck Thilliez, Harlan Coben, Arnaldur Indridason, Henning Mankell mais aussi Paula Hawkins, Lisa Gardner, Camilla Läckberg, Asa Larsson, Jussi Adler - Olsen.

Après avoir fini l’excellent « Quand sort la recluse » de Fred Vargas, j’hésitais à commencer « Au fond de l’eau » de Paula Hawkins ou « Sharko » de Franck Thilliez (tout en sachant que je lirais les deux). Ensuite je me suis demandé sur quel support je préférais les lire. En effet, j’aime tout aussi bien lire en format papier que sur tablette. D’où ma réflexion sur les raisons de choisir l’un ou l’autre.

Silvia-lecture-multiple.jpg

En ce qui me concerne je lis surtout le soir avant de m’endormir et la nuit lorsque je me réveille (ou que je me fais réveiller par un de mes enfants). À ces moments-là je prends la tablette parce que je peux lire « lumière éteinte » grâce au mode « nuit » et ainsi ne pas réveiller mon cher et tendre. Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier la lecture sur papier en journée. Il arrive aussi que je lise deux livres en même temps, un sur papier en journée et un autre sur tablette le soir. D’ailleurs, il y a un article très intéressant sur le fait de lire plusieurs livres en même temps, ici sur un blog que j’apprécie: Mango & Salt.

Hormis l’avantage de pouvoir lire dans le noir d’autres arguments penchent en faveur de la tablette ou de la liseuse. Je pense aux personnes qui voyagent beaucoup et qui peuvent ainsi stocker beaucoup d’ouvrages sur un même appareil. C’est un gain de poids et de place notable qui améliore la mobilité (notamment aussi en cas de déménagement).

Certains préféreront une liseuse qui imite le papier et sur laquelle la lecture est plus « reposante » pour les yeux et qui consomme peu de batterie. L’avantage pour moi avec une tablette, dans mon cas un iPad, c'est que je concentre toutes me applications sur un seul appareil (lecture, mail, navigateur internet, lecteur de musique, réseaux sociaux, jeux,…).

Les tablettes et liseuses sont également intéressantes pour les personnes qui ont une mauvaise vue. Le fait de pouvoir augmenter la taille du texte, d’espacer les lignes et de changer la luminosité augmente le confort de lecture. Espacer le texte et faire des lignes courtes améliorerait la lecture pour les personnes souffrant de dyslexie.

Pour ma part je ne lis que des romans sur ma tablette. Pour les magazines et les BD je reste à la version papier.  Pour ceux qui aiment lire des BD en numérique il est conseillé de les prendre sur tablette plutôt que sur une liseuse dont l'écran est noir et blanc. Idéalement avec un écran assez grand (l'iPad 12,9 pouces est apparemment le top pour ça). De même pour les magazines; la version numérique permet de bénéficier d’articles supplémentaires et de vidéos insérés dans les pages pour autant que l’application du magazine soit de bonne qualité.

iPad-silvia.jpg

Après tous ces arguments pourquoi continuons-nous alors de lire sur papier?

Nous avons tous par notre passé une certaine expérience sensorielle, un attachement émotionnel au livre. On aime son apparence, le toucher ou encore son odeur. Je pense aux livres anciens avec une couverture en cuir, une reliure particulière. Certains graphistes proposent des couvertures avec un relief, parfois aussi avec un papier plus « velouté » qu’on a plaisir à toucher. 

Si ce sont des livres prêtés ou achetés d’occasion, on retrouve les signes de vie du livre (écornures, notes en marge de page, odeur du passé,…). Il y a aussi le côté social du livre, on peut l’emprunter à la bibliothèque, le partager avec ses amis (cette action est limitée avec un ebook au cadre d’un partage familial).

Beaucoup aiment aussi de « posséder » un livre, de l’avoir de manière matérielle. Ceci implique d’avoir de l’espace chez soi pour tous les garder. 

Le livre papier favoriserait également la concentration et la mémoire. De sentir les pages, la pile et le rétrécissement du livre on « touche » la progression du texte, on le fige. Il y a un sentiment de satisfaction aussi en voyant la progression du livre.

Autant l’ebook est apprécié par les personnes avec une mauvaise vue autant ceux qui souffrent de fatigue oculaire préfèrent le livre.

De même pour les gens souffrant de troubles de l’endormissement le livre papier est conseillé. La lumière artificielle d’un écran serait néfaste et diminuerait la production de mélatonine (même si les liseuses ont fait des progrès et que par exemple, l'iPad, a une fonction "Night Shift").

Ma conscience écologique m’amène à me demander lesquels des deux serait le plus « propre ». De façon très synthétique, pour le livre il faut du bois, de l’eau, de l’encre, des produits chimiques, du transport avant la collecte, le tri et le recyclage de déchet. Pour l’ebook il faudra des matériaux chimiques, des minerais précieux avant le recyclage partiel.

Avant de pouvoir dire que le livre est plus propre que l’ebook, il faudrait s’assurer que les forêts soient gérées de façon responsable, que l’eau ne soit pas contaminée, que les encres soient végétales n’utilisant pas d’huile de palme ni d’OGM, que les moyens de transport soient propres et qu’il soit recyclé. De même pour l’ebook, il faudrait utiliser le moins de minerais et de produits chimiques possible à la fabrication du support, le recycler ou le rendre réparable. 

Considérant l’empreinte écologique de chacun le plus « propre » serait le livre produit avec du papier recyclé. Il y a peu d’ouvrages à base de papier recyclé simplement parce que pour avoir une certaine qualité, comme pour les livres illustrés, il faut du papier vierge.

Donc, comme pour beaucoup de choses, tout n'est pas noir ou blanc! Chacun doit trouver un équilibre dans ses choix.

Je lirais donc des ebook la nuit et en voyage, le livre papier en journée à la maison. Je continuerais à lire des BD ainsi que les beaux livres de photo ou d’architecture en version papier. Et pourquoi pas des livres audio en voiture?